mardi 22 novembre 2016

LASSIE OF CHESTER

Type : Cotre crevettier (Morecambe bay prawner).



Gréement : Mât en une seule  partie ; Voiles blanches. Grand-voile portant le matricule CH 68, 2 focs sur bout-dehors et trinquette ; flèche.
 
Matériaux : coque  et pont en bois  ; mât en bois.
Date et lieu de lancement : 1937 à Conwy (Pays de Galles), au chantier Crossfield Brothers.
Utilisation initiale : bateau de pêche (crevettier)
Autres noms : ?
Dernière nationalité connue : galloise, britannique.
Port d'attache : Port Penrhyn à Bangor (Pays de Galles)
Utilisation : Voilier de promenade
 
Signification du nom : Lassie  un prénom féminin ; Chester a été le port d'attache du bateau. Situé en Angleterre, tout près de la frontière avec le pays de Galles, sur la rive droite de la Dee.
Longueur hors-tout : 14,6 m
Longueur de la coque : 11 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 3,35 m
Tirant d'eau maximal : 1,45 m
Tirant d'air : 9 m
Déplacement :   t.
Surface maxi de voilure : 93 m² 

État : transformé en yacht et remis à neuf en 1995 par son propriétaire actuel, bien entretenu depuis.
Avant : étrave  presque verticale, convexe ; bout-dehors

Arrière : voûte, couronnement arrondi
Coque : blanche, pavois noir, lisse en bois verni.

Superstructures : rouf en bois verni, cockpit.

   Lassie est l'un des derniers bateaux de pêche à la crevette construits, avant la 2ème guerre mondiale , à Conwy (nord du Pays de Galles) . Il a d'abord été immatriculé CH  51 ; puis CH 68 durant la 2ème guerre mondiale. Par la suite, il a été motorisé et déplacé à Workington (comté de Cumbria), avant d'être désarmé en tant que bateau de pêche en 1980. Abandonné sur une vasière et se transformant peu à peu en épave, Il a été déplacé à Bangor et complètement restauré et transformé en voilier de plaisance, en 1994 - 1995. il a encore été restauré par la suite et est très bien entretenu. Lassie participe à de nombreuses régates de voiliers traditionnels età des rassemblements. Il était notamment  à Brest et Douarnenez en 2012, ainsi qu'à Douarnenez en 2014
    Le cotre est classé monument historique. 
    Plus de détails et d'autres photos sur le  site de Lassie of Chester.

lundi 14 novembre 2016

JEUNE ARIANE


Type : Cotre à corne (réplique de cotre pilote)
Jeune Ariane pendant la semaine du golfe du Morbihan 2013
Jeune Ariane en 2007, à Saint-Malo (départ de la Route du Rhum)
Jeune Ariane lors des Tonnerres de Brest 2012
Gréement : mât en 2  parties (à chouque) ;  une grand- voile à corne, un flèche ; 2 focs, une trinquette La grand-voile porte l'immatriculation TS 329 (TS pour Tall ship)
 


Matériaux : coque et  pont en bois  ; mât en bois.
Date et lieu de lancement :  1977,  au chantier Servain, à Granville, dans la Manche.
Autres noms  : 
Utilisation initiale :  voilier de croisière ; réplique de cotre pilote du Croisic, du XIX ème siècle.
Dernière nationalité connue : française
Dernier port d'attache connu : Le Croisic, en Loire Atlantique
Dernière utilisation connue : Voilier école et de croisière.

Signification du nom : Jeune Ariane : un prénom féminin, comme c'est le cas pour les noms de la plupart des cotres pilotes.

Longueur hors-tout :  19 m
Longueur de la coque : 15 m
Longueur à la flottaison : m 
Largeur maximale : 4 m
Tirant d'eau maximal : 2,4 m
Tirant d'air : 18 m
Déplacement : 25 t.
Surface maxi de voilure : 190  m² 

État : entretenu régulièrement
Avant : étrave inclinée ; bout-dehors.
Arrière : tableau presque vertical, très différent de l'arrière des pilot cutter du sud-ouest de l'Angleterre.
 
Coque : en 2013, blanche, pavois bleu clair (voir photo au début de l'article). Dans le passé, elle a été différemment peinte, notamment noire à pavois blanc ; plus anciennement, blanche à pavois vert.

Superstructures : rouf blanc en avant du poste de barre ; naguère, il était couleur bois.
     Jeune Ariane est un des premiers voiliers traditionnels construits avant la grande vague de la fin des années 1980 : il a en effet été construit en 1977, à une époque où les gens qui s'intéressaient en France à ce type de bateau étaient bien rares.
    Depuis, il a beaucoup navigué en croisière, souvent comme voilier école ; il a participé à des tall ship races, comme en témoigne le numéro TS 329 que porte sa grand-voile. 
    Aujourd'hui basé au Croisic, commandé par Christophe Le Picard Ducroux, le bateau propose des sorties à la journée (11 personnes) entre la Loire, le Morbihan et Belle-Île, et des croisières plus lointaines (6 personnes) ; il a participé à de très nombreux rassemblements de voiliers traditionnels en Bretagne et en Normandie. Jeune Ariane participait aux semaines du Golfe du Morbihan 2011 et 2013.
Depuis quelque temps, on ne le voyait plus dans les rassemblements de vieux gréements (nous l'avons aperçu, fin 2015, apparemment abandonné, dans le grand bassin de saint-Nazaire. Il est, en novembre 2016, signalé en vente, à un petit prix compte tenu de son état. Si vous êtes intéressé, vous pouvez contacter Jean-François Garenne, le patron de Lola.
 
     site du voilier (jeuneariane.com).

mercredi 28 septembre 2016

ESTEREL (H 31)

Type : Cotre à corne.
Gréement : 1 mât en 1 seule  partie  ;  une grand- voile à corne, un flèche ; 2  focs, une trinquette ; voiles blanches. N° de voile : H 31


Matériaux :
Date et lieu de lancement : 1912 , au chantier Sébille à Marseille.
Autres noms  : 
Utilisation initiale : voilier de régate.
Dernière nationalité connue : française
Port d'attache : Marseille
Utilisation : Voilier de promenade et de régate 
 
Signification du nom : Esterel : c'est le nom d'un massif montagneux côtier, situé à l'est de Cannes entre la Napoule et Saint-Raphaël. Ses paysages sont magnifique, avec un contrasrte saisissant entre la végétation et les roches rouges. Il culmine au Mont Vinaigre, mais les sommets les plus impressionnants sont en bordure de mer, avec le pic du Cap Roux et le Pic de l'Ours. Chaque année, la régate de liaison entre les régates royales de Cannes et les voiles de Saint-Tropez passe au pied de l'Esterel.
   
Longueur hors-tout :    m
Longueur de la coque : 12 m
Longueur à la flottaison : 8,25 m 
Largeur maximale :  2,4 m
Tirant d'eau maximal : 2 m
Tirant d'air :
Déplacement : 5,5 t.
Surface maxi de voilure : 120
État : restauré après avoir été gravement endommagé lors d'un accident de grutage en septembre 2012.
Avant : étrave  élancée. 
Arrière : voûte très élancée.  

Coque : blanche.  

Superstructures : aucune ; cockpit central

  Esterel a été construit en 1912 au chantier Sébille, à Marseille. C'était un des premiers 8 m JI, et un des seuls à gréement à corne qui soit parvenu jusqu'à notre époque.Classé monument historique à l'initiative d'Éric Tabarly, il a participé à de nombreuses régates en Méditerranée; dont les régates royales de Cannes et les voiles de Saint-Tropez. Facilement transportable par la route, il a également participé aux fêtes de Brest en 1992 et 2012.
   Un malencontreux accident de grutage, le 6 septembre 2012, lors d'une mise à l'eau à Imperia, sur la Riviera italienne, l'a "mis en miettes" selon l'expression du Chasse-Marée. C'était l'année du centième anniversaire du bateau ! 
    L'expression "en miettes" était peut-être un peu excessive : depuis, Esterel a été depuis restauré au chantier Scotto de Marseille et navigue à nouveau.

samedi 30 juillet 2016

PRESVIATA POKROVA.


Type : Bateau à voiles carrées et à rames (Chajka, ou tchaïka ukrainienne). 
Presviata Pokrova près des tas de Pois (parade Brest-Douarnenez 2000)

Gréement : Un seul mât, une voile carrée ; une voile à corne ou bermudienne ? la photo ci-dessus montre la présence d'un gui)
Matériaux : coque  en bois  ; mât en bois.
Date et lieu de lancement : 1992 à Lviv, en Ukraine
Autres noms  : ?
Utilisation initiale : bateau de "plaisance", reconstitution historique.
Dernière nationalité connue : ukrainienne
Port d'attache : Lviv, Ukraine.
 Utilisation : Réplique historique participant aux rassemblements de voiliers traditionnels
Signification du nom : Presviata Pokrova signifie protection de la Bienheureuse ;  tchaïka signifie mouette, sans doute en raison de l'aspect fin et de la maniabilité de ce type de bateau.
     
Longueur hors-tout :  20 m
Longueur de la coque :  m
Longueur à la flottaison : m 
Largeur maximale : 3,6 m
Tirant d'eau maximal :  m
Tirant d'air :  m
Déplacement :   t.
Surface maxi de voilure :  m² 

État : correct.
Avant :étrave élancée, prolongée par une tête de taureau.
Presviata Pokova à Douarnnez en 2000
Presviata Pokrova à Auray en 2010
Arrière : pointu, élancé ; barre franche

 
Coque : bois ; bande décorée.

Superstructures : aucune ; non ponté, bancs de nage.

   Presviata Pokrova est une réplique de bateau de guerre ukrainien qui combattait les Turcs en mer Noire aux XVIème  et XVIIème siècles. Aujourd'hui motorisée, elle peut être mue par 22 rameurs. Son premier voyage Ukraine - France avait été fait à la voile et à la rame.
  La galère a fréquenté les rassemblements de voiliers traditionnels, notamment en Bretagne, sur les photos ci-dessus, le bateau avait hiverné au port d'Auray-St Goustan, dans le Morbihan et avait fêté le vingtième anniversaire de l'indépendance ukrainienne en 2009 dans cette ville. depuis quelques années elle était à Pont-Aven et ne naviguait plus ; durant l'hiver 2015 - 2016, elle a coulé à cause de l'accumulation d'eau (problèmes de pompes)  et sa destruction  a été demandée par les autorités. Mise à l'abri dans un chantier de Pont-Aven, elle vient d'être partiellement restaurée, mais insuffisamment pour pouvoir naviguer et participer aux fêtes de Brest et de Douarnenez. Les Ukrainiens venus réaliser les travaux son trepartis, mais doivent revenir fin 2016 ou en 2017 pour terminer les travaux et faire naviguer à nouveau le bateau.